L'ACADÉMIE DES SCIENCES,
INSCRIPTIONS ET BELLES-LETTRES

Site de l'Académie des Sciences

   Son origine (1640) est antérieure à celle de sa " sœur parisienne " (1666). Elle reçut ses lettres patentes de Louis XV en 1746. Composée de 50 membres titulaires et de correspondants français et étrangers, elle a constitué une bibliothèque de plus de 50.000 volumes et collectionné des manuscrits rares où apparaissent des concepts avant-coureurs touchant notamment la médecine.

    Elle continue d'encourager les vocations par des prix locaux et nationaux décernés chaque premier dimanche de décembre et publie chaque année un volume de Mémoires.

 

 

LES COLLECTIONS DE L'ACADÉMIE DES SCIENCES,
INSCRIPTIONS ET BELLES-LETTRES

    L'Académie des Sciences, Inscriptions et Belles-Lettres dispose pour ses assemblées, secrètes ou publiques, d'un salon du premier étage, où demeure une partie de ses anciennes collections, l'un des noyaux des musées municipaux. Dans l'hôtel de la Sénéchaussée, sur l'emplacement de l'église du Jésus, elle avait recueilli en 1785 les antiques légués par le chevalier Rivalzs : « autels votifs, inscriptions, colonnes et autres morceaux de sculpture » que nous avons conservés au Musée Saint-Raymond. Les Académiciens disposaient pour leurs assemblées ordinaires de sept tables avec leurs tapis verts, de vingt-sept bergères tapissées d'une toile de coton fleuri à fond gris et de vingt-et-une chaises de paille. La salle était tendue d'une tapisserie d'indienne sur laquelle étaient accrochés les portraits, encore conservés à l'hôtel Assézat : Philippe Antoine Garipuy, ingénieur de la Province, Hyacinthe Sermet, évêque constitutionnel, Louis XV, peint par Joseph Roques d'aprés Louis Michel Van Loo, Martin de Saint-Amand par Jean-Baptiste Despax. Au second plan de ce tableau nous apercevons le médaillier de menuiserie que l'Académie devait acquérir en 1763 de ses héritiers pour le prix de 12.000 livres, avec la collection de ce numismate, premier noyau du fonds municipal (Musée Paul-Dupuy). L'Académie a fait frapper deux jetons dont le revers montre une tête de Minerve brochant sur l'écu de France. L'un porte sur son avers une ruche, emblème du travail académique : collaboration dans la recherche et partage des résultats : LABOR OMNIBUS UNUS. Sur l'avers de l'autre Charles-Norbert Roettiers a gravé le profil de Louis XV. En 1776 et pour le prix de 720 livres, l'Académie Royale commande à Francois Lucas un buste de Louis XVI en marbre blanc de Carrare, transformé après 1793 en Lepelletier de Saint-Fargeau (Musée des Augustins).

 


Les Académies